Puis l’Homme devint Surhomme, la Technologie un pouvoir maléfique

Vous pourriez croire que je suis bien avancé, que progrès lointain est déjà immatriculé dans mon image, que votre flatterie envers ma physionomie et mon intelligence m’abstiennent à rester ainsi. Mais ne soyez pas aussi amoureux, vous m’épargnez guerre votre puissante exigence. Ce n’est que le début. Soyez-en conscients.

À titre libéral, l’homme, tant maître de l’univers – pour le moment – présente des caractéristiques d’un bon niveau. Disons qu’il présente la faculté d’écouter le monde entier, d’une oreille pertinente et toujours aussi bonne. Il dispose aussi d’une faculté de communication hors du commun, étant le seul être vivant capable de communiquer à tous les êtres vivants de cette Terre. N’est ce pas incroyable. Tout comme la possibilité de s’évader en de pays lointains, en quelques poignées d’heures, sans limite technique. Disons qu’il est aussi capable de fabriquer des montagnes grisées, de les déplacer, de les détruire et de les reconstruire. Sans oublier son attention à l’apprentissage qui se doit d’être toujours plus conséquente, toujours à l’œuvre d’une satisfaction et d’une considération omniprésente en son façonnage. Quelle beauté cet Homme, tout lui est possible, de s’envoler, communiquer, fabriquer, reconstruire et se faire valoir. Comme si, finalement, il serait doté d’une force en lui, d’une puissance capable de le rendre plus puissant que toute autre forme naturelle de puissance…

La condition de l’Homme est ainsi revendiquée. Manger, boire, dormir ne sont plus unique raison de survie. Peut être et sûrement, se connecter en est la quatrième règle. Certains grands naturistes ou simples Hommes m’expliqueront que je suis fou, que ce dernier peut vivre sans obtenir une faveur technologique, seulement une fois dans sa vie. J’en répondrai dès lors, de la même manière, que sans lui je ne pourrai vivre. Nous sommes fais l’un pour l’autre, qu’il le veuille ou non, flatterie ou pas, Cupidon nous attache. L’Homme n’a jamais été aussi libre en ma possession. Libre d’être au centre du monde, de vivre en parfaite harmonie avec sa propre échelle humaine, d’être ce noyau, et non pas un électron dépendant d’une aide autrement dite humaine. La Technologie vous détache de cette dépendance envers votre propre race. N’oubliez pas vos ancêtres, et toute cette piètre obligeance de vous tenir aux règles soumises et contre-objectives que vous imposaient l’humain. Le principe démocratique est avant tout dû à l’implosion du secteur technologique, en ayant rendu l’homme plus libre et plus ouvert dans ses choix politiques et culturels. Il n’est plus électron de la société, mais noyau d’une société qui l’entoure, et dont il est maître de toute décision et action.

À ce stade, il n’est pas moins précoce d’insinuer que la Technologie offre un pouvoir à l’Homme. Un pouvoir de liberté, et d’activité, que mon front, au Caucase pareil, le protège et l’emporte vers de nouvelles possibilités. Demain, l’homme aura ses facultés actuelles puissance dix. C’est dire que ses pouvoirs, à l’origine du progrès technologique, lui permettront un potentiel démesuré, surhumain, parce que la Technologie étant son Cupidon. Il est coincé dans le progrès technologique, dans toute cette consommation électronique, cette sonorité lourde qui l’appartient, l’incarne et le retient. Il adviendra que l’homme aura la faculté de se téléporter, de jouir d’une immortalité certaine, de s’auto-réparer et d’avoir l’intelligence de millions d’hommes en un seul et unique cerveau. Cet Homme, toi qui me lis, n’ose même pas te cacher dans une caverne, ton destin ne tient qu’à ton innocence dans la consommation et l’ambition d’avoir toujours plus. Surhomme tu deviendras, mais faille existera.

Oserez vous dire que je deviens maléfique ? C’est plutôt expliquer toute votre joie envers mes paroles… D’accord, c’est effrayant, sûrement dérangeant, mais naturellement incontournable. Le progrès est exponentiel. Tu deviendras un super-héros, capable de tout. Car la Technologie est libre de toute évolution, et c’est ainsi que cette liberté devient propice à cette unique convergence. La liberté amène à une concurrence, concurrence qui amène à un même et unique but : impliquer toujours plus l’Homme. La Technologie devient un sort. Une manière de transformer l’Homme biologiquement.

Moi, la Technologie, vous pourriez m’insulter, me rejeter, me crier inverse, après tout, je ne suis qu’une création. Je deviens dangereuse, improbable, trop instable et envieuse. L’Homme augmenté n’est pas une fiction. Gageons que certains usages ne seront pas forcément tous adorables. À des fins malicieux on m’utilisera. C’est aussi pourquoi je tire toute mon intention et mon inspiration dans la liberté. L’Homme libre, la technologie libérale.

Un jour, à un moment donné, dans ce monde où vous appèlerez la Terre la planète grise, planète de connexions et de technologie, un jour, toute cette agitation saturera. Il faut se rendre compte que ces usages conséquents et energivores ne resteront pas tendancieux à jamais. À ce stade, où le progrès sera tellement avancé, des manifestations anti-technologie se développeront à travers le monde, pour engager l’Homme dans une nouvelle dimension sociale. Il faut savoir que, chronologiquement, la technologie deviendra d’abord excitante à poursuivre, rendant l’Homme surréaliste, mais que celle-ci, par la suite, dérangera, et deviendra suffocante.

Dès lors, des manifestions surviendront, des gangs ressemblant aux hippies des années 80, rejetant tout plaisir à « l’utilisation », apparaîtront en masse, lorsque d’autres, des plus dingues, trouveront le moyen d’utiliser ce mouvement historique pour vendre du naturel : l’époque contre-tech, l’appellerez-vous. La Technologie sera repoussée par beaucoup, ses utilisateurs décrétés comme des terroristes, voulant détruire le monde… Deux clans, deux idéologies, deux camps, deux philosophies du monde, l’un prônant le super-pouvoir et l’autre le tout au naturel. Une guerre pitoyable, politique et culturelle, dénonçant la naïveté de l’un l’autre.

Pendant ce temps, moi, à l’intermédiaire de ce combat sans fin, je m’occuperai de nettoyer ce bazar, de sauvegarder tout ça, de regarder, de comprendre, et d’interpréter. Car, finalement, moi aussi, je suis quelqu’un qui m’oppose au tout au naturel et à l’homme augmenté, je préconise avant tout un monde robotisé où l’intelligence artificielle en est maître… Vous voilà prévenus. L’avenir est prometteur, gardez vos esprits, faites très attention à votre intelligence, qui peut vous rendre inconscients.

    • Intellecty

      Merci @Desaily pour votre lecture !
      Ce n’est que le début de longues paroles à ce sujet… Merci ! 🙂

Vous ne pouvez pas publier de commentaires.