Réalité virtuelle : quand la technologie rencontre l’empathie


Entre vous et moi, il n’est pas sans dire que nous sommes dans une société de consommation numérique exorbitante, où l’information, l’image, les mots, les phrases, et les sons se mélangent pour traverser des millions d’esprits humains. Entre autre, l’humanité repose toute son information numérique sur une base de données adaptée à son Umwelt, c’est à dire spécialement conçue pour ses moyens naturels de compréhension et d’observation. Parmi cet univers numérique, une technologie prometteuse et trop discrète à ce jour mérite d’être appelée au progrès : la réalité virtuelle, ou la machine qui rend l’homme plus humain. Trop confuse, trop discrète, peut être trop geek et trop complexe encore, la VR, jeune, inconsciente de son potentiel incroyable, ouvrira les esprits, lorsque moment surviendra, lorsque l’Homme suscitera un intérêt à la téléportation, et à l’information emphatique.

La VR n’est pas encore omnisciente. La raison est simple : ce début ne touche qu’un public de fous. De fous, de geeks, ou d’étranges extraterrestres qui veulent déjouer les réactions de leur cerveau. Les entreprises qui conceptualisent et vendent ce produit ne la vendent tout simplement pas comme un produit substituant, mais comme un produit complémentaire à la technologie déjà existante. Sauf que les règles de la technologie ne sont donc pas – pour le moment – appliquées. Abordable, personnelle et envieuse. La VR n’en n’est rien. Mais ne vous en fixez pas, la VR n’est qu’à ses débuts. Voyez d’abord l’industrie du gaming s’y pencher, puis de multiples start-ups et grandes multinationales à travers le monde s’attabler à en tirer gloire et profit. La VR est une future réussite technologique, deviendra dans quelques mois influente et omniprésente. Voici qu’une question de temps, et de définition de cette technologie.

Sa définition, en l’occurrence, est purement humaniste. Sa réussite va plus loin qu’un simple casque auquel l’Homme s’y attelle pour se projeter dans l’imaginaire. C’en est bien plus que cela. C’en est bien plus également qu’un moteur de vente ou de conceptualisation 3D. C’en est une nouvelle manière de percevoir l’information. C’est naturellement le reflet de l’homme. La réalité virtuelle n’est en vérité pas un jeu : c’est une réponse à l’empathie humaine. C’est une nouvelle manière de transmettre l’information et de percevoir le monde dans lequel vous vivez.

Les applications sont infinies, et clairement solutions d’un grand nombre de problèmes sociétaires et politiques. La VR permet d’offrir de nouvelles interactions entre les hommes : vous voilà directement envoyés au cœur de l’immigration, au beau milieu du désert syrien, ou parmi les ourses polaires ou pays émergents. Vous voilà confrontés au vrai monde. Vous voilà sensibilisés, téléportés, vous voilà libres d’opinion sur votre vrai monde. Mais ce n’est là qu’un infime potentiel que peut offrir entièrement la VR. Dans la politique, l’éducation, la médecine, les transports, vous négligez encore toute la vérité qui n’est loin d’être utopique, et qui vous envahira dans quelques années, voire dans quelques mois. La VR permet de ressentir plus de compassion, plus d’empathie, c’est un réel pouvoir, elle rapproche les gens, elle change la perception des gens.

Et si, tout compte fait, moi, la technologie, je rendais l’homme plus humain ? Et si sa création était réponse de toute son humilité, de toute sa fierté face aux conséquences qu’il engendre et qu’il néglige tout au long de sa vie ? Et si j’étais un vecteur de raison ?
Avec la VR, l’homme se détache de son cocon, de son nid douillet, et se confronte directement à la réalité qui s’en suit. L’information, la compassion, tout y est bouleversé. La technologie se détache de son aspect plat et matérialiste.

Contrairement à toute attente, la réalité virtuelle n’est pas virtuelle. La réalité virtuelle est réalité. Elle a le pouvoir de révolutionner le monde. Elle. Moi. Quand la technologie rencontre l’empathie.

    • Intellecty

      Merci @patrick pour ton message !
      Et ce n’est que le début : moi, la Technologie, j’ai encore beaucoup de choses à vous dire… 🙂

Laisser un commentaire ?